L’Aération et toutes ses fonctions

19 Déc, 2019

1] Introduction

L’aération d’un terrarium est, aussi bien pour une mante que pour un autre arthropode, très importante: un air saturé peut tuer rapidement n’importe quel insecte. Nous allons voir les points clés pour fournir une bonne aération dans une première partie afin d’éviter/ réduire la probabilité de différents problèmes.
Puis nous verrons qu’elle est d’autant plus importante qu’elle sert aussi de support pour de nombreux arthropodes et pas seulement. En effet elle est très généralement fournie par un système de trous, et dans la majorité des cas, une moustiquaire est utilisée. Enfin nous allons voir comment choisir son type d’aération en fonction de l’ordre d’animal, de son espèce et plus précisément de sa taille.

 

 

2] Quel type d’aération pour quel arthropode ?

La plupart des arthropodes élevés sont des espèces tropicales et subtropicales, et vivent sous des conditions relativement similaires, c’est-à-dire chaud (entre 20 et 30°C en moyenne) et humide (entre 60 et 100% d’Hygrométrie en moyenne).
En savane, la chaleur est plus forte mais l’air circule librement.
En forêt l’air circule un peu moins mais la chaleur est plus faible. Il faut également noter que la plupart des espèces vivants en forêts cherchent les zones aérées (lisières, clairières).
Ainsi en fonction des conditions fournies (température et humidité), si le terrarium est trop confiné et donc la circulation de l’air trop faible, l’humidité risque de stagner, et la température devenir suffocante.

 

A] Les risques encourus si l’aération n’est pas assez élevée

 

-Étouffement: entraînant la mort par saturation d’air, d’humidité et/ou de chaleur

 

 

-Développement des bactéries: favorisant l’apparition d’infections diverses, de nécroses.

 

 

-Risque de diarrhées, de troubles digestifs: entraînant des maladies

 

 

-Prolifération des acariens (qui adorent humidité et chaleur): en grandes quantités ils peuvent s’attaquer aux autres arthropodes (à ne pas confondre avec des collemboles qui sont eux, inoffensifs)

 


Il faut donc veiller à ce que l’aération soit bien adaptée à l’ordre auquel appartient l’arthropode, puis ensuite en fonction des espèces.

 


B] Quelques exemples pour certains ordres

Coleoptera: plutôt aéré

Ils évoluent au sol, mais peuvent se suspendre au plafond si une moustiquaire ou un grillage est présent (et peuvent ainsi l’abîmer). Généralement une série de trous dans les bacs suffit, ou typiquement un terrarium en verre avec deux plaques de ventilations est suffisant.

 

Mantodea: aéré

Tout le dessus du terrarium doit être aéré, et éventuellement le côté en plus. Il faut retenir que les mantes se suspendent au plafond la plupart du temps, l’aération a ainsi une double utilité, elle sert également aux mantes à s’accrocher et est indispensable pour qu’elles puissent muer correctement. Pour les jeunes tout ce qui est pot ou boîte en plastique est parfait, puis pour les plus grandes, terrariums en bois, en verre, en plastique ou de type flexarium sont adaptés du moment que de nombreux supports sont fournis en plus d’une aération sur le dessus.

 

Phasmatodea: très aéré

Les phasmes se suspendent comme les mantes généralement, mais ils se servent aussi de la nourriture pour s’accrocher, des parois. Une boite en plastique pour les petits avec le dessus en moustiquaire puis un grand terrarium du type flexarium est idéal.

 

Orthoptera: aéré

 

Cependant, il faut bien faire attention aux besoin de chaque espèce, par exemple chez les Orthoptères, une sauterelle feuille a besoin de plus d’aération qu’un grillon cavernicole.

 

 

3] Le système d’aération permet aussi de s’accrocher mais pas seulement

A présent analysons bien la position de prédilection d’une mante. Elle se tient la tête en bas, les pattes chacune accrochée à un support afin de supporter son poids. Cette position est adoptée quasiment en permanence par les mantes (à part certaines espèces vivants sur les troncs qui se tiennent ainsi horizontalement) mais aussi de nombreux autres arthropodes.

Elle permet pour les mantes et de nombreux autres arthropodes :

 

 

De s’alimenter et de s’accoupler

En effet, il est plus facile pour elles d’attraper divers insectes volants en étant sur ses 4 appuis, mais aussi des insectes plus gros qui passent à côté, et d’ensuite les maintenir dans l’air. La proie ne peut alors plus s’accrocher à un support pour tenter de s’extirper de l’emprise des pattes ravisseuses et termine mangée sans modération.
Les femelles attendent que les mâles viennent à elles, une fois le stade adulte atteint, et émettent des phéromones pour les attirer. Pour cela elles se placent souvent à l’extrémité d’une branche bien exposée pour que celui-ci puisse venir se poser non loin en volant par exemple.

 

 

De pondre

Divers supports sont utilisés pour la ponte à partir du moment où il possède une certaine rigidité, l’aération en fait partie.

 

 

Mais surtout de muer (comme la plupart des autres arthropodes)

La mante s’extirpe de son exuvie, c’est la mue, et pour cela elle a besoin d’espace en dessous d’elle mais également de bonnes prises pour ses 2 premières paires de pattes qui lui permettent de réaliser cette étape difficile et dangereuse dans sa vie. La moustiquaire est essentielle pour la mue car outre le fait de fournir l’aération nécessaire, c’est de ce point que la mante mue dans 80% des cas. Si elle est absente un risque de chute et de mort est fort probable, même en présence d’autres types de supports (branches, plantes…)

 

 

4] Quel choix de moustiquaire ?

Analysons à présent de plus près les pattes d’un arthropode, et plus précisément son tarse, l’équivalent de la “main” chez un humain.

 

En bleu, on retrouve l’intégralité du tarse et des ses éléments. Chaque point bleu en est un, et participe à l’adhérence. La paire de griffes, située tout au bout est très importante car c’est elle qui permet l’accroche, c’est en quelque sorte l’équivalent des “doigts” chez l’humain. L’arolium, juste en dessous de ces dernières, est une sorte de ventouse permettant d’augmenter l’adhérence. Les autres points représentent ici, chez le criquet, les pelotes qui sont également des petites boules servant de ventouses.
Toute cette structure est importante pour le déplacement et le maintien de l’animal; Chaque élément joue un rôle bien défini.

 

Analysons tout d’abord les pattes d’une mante :



En rouge, on retrouve toute la partie qui sert à la prédation, permettant à la mante de s’alimenter, présente uniquement sur les deux pattes ravisseuses. La partie bleue quant à elle, sert au déplacement et au maintien de l’individu, on la retrouve également sur chacune des 6 pattes. Cette partie est très fragile et peut s’abîmer facilement. Chaque article, indiqué par un point bleu, peut se casser et ainsi impacter directement sur la durée de vie de l’individu; C’est ce que tout éleveur redoute. Ce sont principalement les griffes qui permettant à l’insecte de s’accrocher, (indiquées par les points rouges), mais les différentes partie du tarse (indiquées en bleu) importent également pour assurer ce maintien.

Bien sûr, si une blessure est faite durant la croissance, les parties manquantes se régénèrent mais pas nécessairement identiquement à l’origine, et il faut que la mante réussisse à muer correctement malgré ce handicap. En effet une mante à laquelle il manque deux tarses au pattes antérieures par exemple, risque de tomber durant l’exuviation car elle ne peut s’accrocher correctement, entraînant sa mort. D’où l’importance d’éviter que les tarses se cassent, et l’on peut prévenir cela en adaptant le type de grillage utilisé au plafond du terrarium en guise d’aération et de support.

Analysons maintenant pour cela cette photo :

Exuvie d’une Blepharopsis mendica sub adulte venant de passer au stade adulte, On voit bien et ce grâce aussi au schéma que pour s’accrocher correctement, toute la surface du tarse est utilisée, des griffes jusqu’à l’élément du tarse 1

 

Il est important d’observer qu’une grande partie de chaque patte est en contact avec la tige pour assurer le maintien. Il s’agit d’une exuvie, mais cela est représentatif de la position d’une mante lorsqu’elle veut muer aussi bien qu’en position standard de repos. Ainsi, ce ne sont pas juste les griffes qui assurent l’accroche, mais aussi une grande partie du tarse en renfort.
Or, lors de l’utilisation de moustiquaire, en fonction de la taille et de l’espacement de chaque fibre du maillage, la surface en contact avec la fibre peut varier grandement, voir dans certain cas être quasi inexistante.
En effet, sur une moustiquaire classique, une mante de grande taille possède un tarse bien trop grand pour s’enrouler correctement autour d’une des fibres, n’assurant pas une adhésion optimale, ce qui peut entrainer des chutes accidentelles, particulièrement lors de l’exuviation. Pire encore, dans certain cas, les griffes passent très difficilement dans l’espacement des fibres, ce qui entraîne des blocages, une fatigue de la mante qui essaye de se dégager, et même éventuellement des ruptures des griffes et/ou d’éléments constituant le tarse.

 

Voici maintenant les différents types de grillages/moustiquaire utilisables, classés en fonction de la taille/stade de vos animaux (mantes, phasmes et orthoptères principalement) afin de choisir au mieux votre système d’aération :

 

 

Les moustiquaires en vert sont celles utilisées par Mantis Passion !

 

 

5] Conclusion

Les moustiquaires dont l’espace entre les maillages est inférieur à 1mm sont recommandés pour les individus de petite taille (0 à 20mm), celles d’1mm pour les individus de taille moyenne et enfin, celles entre 2 et 5 mm pour les individus de grande taille. On privilégie aussi davantage les tissus et le PVC au métal.

N’hésitez pas à poster un commentaire ! Merci =)

A découvrir également
Les Blattes

Les Blattes

Fiche d’élevage type de blattes destinées à l’alimentation de prédateurs. Découvrez quelques espèces intéressantes à élever !

1 Commentaire

  1. Salut Paul et merci pour tous ces précieux conseils pour les petites pattes de nos mantes, stop au moustiquaire en aluminium!!! Bonne année à toi et longue vie à Mantis Passion!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »