Les Blattes

12 Fév, 2020

1] Introduction

Malgré leur mauvaise réputation, les blattes (Blattodea), ordre voisin des mantes (Mantodea), constituent une alimentation de choix pour les mantes, araignées et autres prédateurs, car leur élevage est relativement facile, prolifique, et peu contraignant. A savoir qu’également, en comparaison avec d’autres proies, les blattes constituent l’une des plus riches d’un point de vue nutritif. Bien évidemment on retrouve souvent les mêmes espèces au sein des élevages, toutefois certaines espèces sont préférées par tel ou tel éleveur.

 

2] Le maintien

Il est préférable de choisir des bacs/ terrariums qui ferment bien pour éviter toute évasion, bien que la plupart des espèces présentes en élevage ne sont pas invasives, ne craigniez donc pas de vous retrouver avec une colonie dans toute la maison !
J’utilise personnellement des bacs à fermeture hermétique grâce à une mousse synthétique, d’une taille d’environ 40x35x18cm.
Le couvercle est coupé sur 4 ou 8 parties, où est ajouté une moustiquaire en crin de nylon pour l’aération et jouer le rôle d’anti-évasion.
Le substrat se compose de copeaux de bois pour rongeur, afin de maintenir un milieu sec et sain permettant aux blattes de se cacher. Attention cependant, certaines espèces nécessitent des conditions humides et dans ce cas-là, on peut utiliser de l’humus par exemple.
Des boîtes d’œufs en cellulose sont installées dans le but de récréer des espaces de vie, ce qui leur sert de cachette et de support et éventuellement de nourriture de fond.
De l’huile de paraffine est ajoutée sur la partie supérieure des côtés du terrarium pour empêcher aux blattes d’accéder au couvercle.
Il est recommandé de ne pas mélanger les espèces pour une meilleure gestion et éviter la concurrence, certaines espèces sont assez territoriales (le genre Gromphadorhina par exemple).

 

Voici une photo explicative où l’on retrouve :

 

Bac type d'élevage de blattes
– Les trois systèmes de fermetures/anti évasion ; à savoir l’aération en crin (tissu ultra fin et résistant), la fermeture avec poignées et mousse synthétique, et enfin une couche d’huile de paraffine sur 5cm de hauteur tout le long du bac.
– Le substrat à base de copeaux pour rongeurs
– Les différentes plaques d’œufs en cellulose
– Un espace pour l’alimentation

Les bacs sont gardés empilés dans la salle d’élevage, dans une partie spécifique prévue à cet effet, avec une température équivalente à celle de la pièce d’élevage c’est-à-dire 25-30°C le jour et 20-22°C la nuit ; ils profitent d’une lumière indirecte de 11h par jour.
Il est recommandé de chauffer pour stimuler le métabolisme des blattes, augmenter la vitesse du cycle et ainsi la prolificité.

 

3] L’alimentation

Leur alimentation n’est pas négligeable car elle contribue à faire de vos blattes des proies de choix pour vos prédateurs. Elle se compose essentiellement d’une nourriture sèche, mais aussi de végétaux et toute autre sorte de matière organique.
J’utilise majoritairement des céréales et des flocons pour poissons, qui sont des aliments riches et complets que les blattes assimilent très facilement. D’un point de vue végétal : courgettes, pommes BIO et autres.
J’ajoute de temps en temps des pissenlits du jardin qui sont des végétaux riches en vitamines C, calcium et protéines.
L’apport en eau est réalisé par les aliments humides mais je vaporise aussi les bacs 1 à 2 fois par semaine avec parcimonie et/ou distribue de l’eau en gelée.

 

4] L’utilisation

Lors du nourrissage des prédateurs seuls les jeunes blattes ou les mâles adultes sont distribués pour garder les femelles gravides et ainsi garder une bonne prolificité. Mais surtout cela permet d’éviter que des femelles adultes pondent en se faisant dévorer ou avant qu’elles ne le soient et d’empêcher une prolifération indésirable dans les terrariums.
Néanmoins, les blattes ayant tendance à chercher à se cacher, surtout les espèces qui ne montent pas aux parois, il est préférable de faire attention à ce qu’elles se fassent dévorer et pour cela ne pas hésiter à pratiquer le nourrissage à la becquée avec les mantes, c’est-à-dire directement à la bouche de celles-ci grâce à un cure-dent ou pic à brochette.

 

Femelle adulte “libérant” ses petits après une gestation interne

 

5] Hygiène et maladies

L’élevage des blattes n’est pas compliqué mais certain(e)s maladies/problèmes peuvent apparaître, lié(e)s, par exemple, à une surpopulation qui peut entraîner un stress et des décès et même du cannibalisme.
Les maladies apparaissent généralement avec le pourrissement de la nourriture, ou le manque d’hygiène lié au décès des blattes adultes ; ce peut être dû aussi à un excès d’humidité, favorable à la prolifération de bactéries et d’acariens. Dans ce cas, asséchez immédiatement votre bac en le plaçant sous une lampe, une invasion d’acariens peut réduire à néant une population entière en quelques jours seulement.
Il est recommandé de supprimer chaque semaine les blattes mortes et tout élément pourrissant et de garder les milieux relativement secs pour éviter ces problèmes.
De plus, tous les 6 mois, les bacs sont changés complètement : les blattes sont récupérées, puis le fond de litière est stérilisé grâce à un stérilisateur (All American) qui permet d’obtenir une température de 120°C avec une pression de 15 bars; pour éviter toute prolifération/impact dans la nature lors de la mise en poubelle.
Les bacs peuvent être nettoyés à l’eau et à l’alcool à 70%.

 

Phoetalia pallida dévorée et tuée par les acariens de l’intérieur

6] Tableau comparatifs de quelques espèces de blattes

En rouge les aspects plutôt négatifs, et en vert les aspects plutôt positifs
*Ces données servent de référence à titre indicatif mais varient bien évidemment en fonction des individus, et du stade de développement des blattes utilisées.
**Certaines mantes ont des mandibules relativement fragiles, et il est parfois difficiles pour elles de “percer” l’exosquelette des blattes qui ressemblent parfois à de vrais chars d’assaut. Les jeunes, ne possédant point d’élytres sont aussi plus facile à dévorer.

 

7] Conclusion

Avec seulement peu de matériel et peu de besoin, un élevage de blattes est vraiment facile et idéal à mettre en place. Particulièrement adaptés aux prédateurs d’une certaine taille, les juvéniles de blattes servent aussi d’alternatives aux mouches qui sont moins riches que ces premiers.
Pour ma part les espèces Phoetalia pallida et Nauphoeta cinerea sont vraiment idéales car elles ont de nombreux avantages, à savoir la prolificité, l’absence de gestion d’oothèque, leur aptitude à monter aux parois, et la faible coriacité de leur exosquelette.
Il est aussi intéressant d’avoir une espèce plus grande pour nourrir vos arthropodes les plus gros, les Blaptica dubia sont un bon candidat. Bien évidemment n’hésitez pas à tester les espèces et à choisir celles qui vous sied le plus.

A découvrir également

1 Commentaire

  1. Super article qui me donne des solutions sur certaines de mes erreurs concernant leur elevage. Il est aussi intéressant de savoir que pour élever des mantes la colonie de blatte et indispensable

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »