Chlidonoptera lestoni

Nom : Chlidonoptera lestoni

Nom commun : Mante fleur ghanéenne

Anglais : Flower mantis

 

Classification :

Superordre :

Ordre : Mantodea

Famille : Hymenopodidae

Sous-famille : Acromantinae

Tribu : Epaphroditini

Genre : Chlidonoptera

Espèce : Chlidonoptera lestoni

 

 

Description :

Origine : Ghana.

 

Couleurs :

-Ensemble général : Joli panel de couleurs de blanc, beige, brun clair, parfois rose, et du vert réparti en stries et tâches sur le corps, avec davantage de vert sur le pronotum.

-Ailes : Principalement jaune striées d’un brun orangé, avec la bordure hyaline. Les élytres sont verts et jaunes avec un ocelle beige et brun cerclé de noir en plus de quelques autres motifs.

Taille :

-Mâle : 3-4 cm.

-Femelle : 3-4 cm.

Cycle de vie :
Compte tenu de la petitesse de l’espèce, les Chlidonoptera lestoni grandissent rapidement, de 3 à 5 mois environ, les mâles étant légèrement plus rapides, même si cela ne pose pas de problème pour la reproduction. On peut néanmoins réduire un peu l’alimentation des mâles dès qu’ils atteignent le stade sub-adulte, le temps que les femelles les rattrapent.

-Mâle : Il grandit en environ 3 à 4 mois et vit entre 3 à 5 mois après la mue imaginale.

-Femelle : Elle grandit entre 4 à 5 mois et vit entre 4 à 8 mois après la mue imaginale.

 

 

L’élevage :

Température :

-Jour : 26-32°C.

-Nuit : 20-24°C.

Hygrométrie :

-Jour : 60-80 %.

-Nuit : 70-90 %.

Caractéristique du terrarium :
Un terrarium 20x20x20 est le minimum pour un individu adulte, mâle comme femelle, relativement aéré. C’est une espèce assez calme, on peut donc les maintenir ensemble mais dès le manque de nourriture elles deviennent très agressives, particulièrement les femelles lorsqu’elles sont adultes. L’élevage des mâles adultes en groupes est même conseillé pour favoriser un bon nourrissage et réaliser les accouplements.
Pour les juvéniles, l’élevage groupé fonctionne très bien jusqu’au stade L4 environ, puis le risque de cannibalisme augmente légèrement, surtout à ce stade critique où il faut progressivement passer des drosophiles aux pinkies.


Substrat :
Terra de coco, tourbes sont les plus adaptée, à maintenir humide.

Nourriture la plus adaptée :
100% de proies volantes est le plus adapté car les Chlidonoptera lestoni vivent à proximité des fleurs et se nourrissent principalement d’insectes pollinisateurs volants.
Il s’agit donc de drosophila melanogaster de L1 à L3, puis de Drosophila hydei ou équivalent de L3 à L4. On passe ensuite à de la pinkie progressivement jusqu’à L6, complété ensuite avec des mouches, et ces dernières jusqu’au stade adulte. On peut donner en complément quelques blattes ou criquets pour les femelles adultes.

Agressivité :
Faible à moyenne, cela dépend du sexe et du stade. Les jeunes peuvent être relativement cannibales si la nourriture se fait rare, ainsi que certaines femelles adultes. En revanche les mâles adultes sont très pacifiques.

Difficulté :
Plutôt facile, le maintien est relativement facile, ce n’est pas une mante spécialement fragile, en revanche la reproduction peut présenter quelques difficultés car à l’instar des Pseudocreobotra, les mâles ont la fâcheuse tendance à monter sur les femelles et attendre sans pour autant pénétrer les femelles, et ce, parfois, pendant plusieurs jours.

 

Reproduction :

Maturité sexuelle :

-Mâle : 10 jours environ.

-Femelle : 15 jours environ.

 

Accouplement :
Entre 4 et 6 heures de connexion génitale, mais les mâles peuvent rester des heures à des jours sur les femelles sans rien faire comme indiqué plus haut.

 

 

Oothèque :

-1ère ponte : 10 à 30 jours après l’accouplement.

-Quantité : entre 5 à 8 oothèques.

-Intervalles : 15 à 30 jours.

 

Incubation :

-Température : 24- 28°C

-Hygrométrie : 60-80%, vaporisation régulière.

-Durée : 50 jours environ. Quelques très rares cas de 80 jours (température plus faible) jusqu’à 4 mois !

 

Éclosion :

-Nombre de larves : de 20 à 80 bébés, généralement une moyenne de 50 pour les premières oothèques puis le nombre réduit.


Commentaire :

Magnifique espèce récemment introduite en élevage en Juillet 2017, souvent confondue avec l’espèce Pseudocreobotra wahlbergii, bien que certaines différences soient relativement faciles à observer, comme :
les motifs des élytres, la couleur des ailes, mais surtout des yeux plus sphériques chez Chlidonoptera lestoni, qui ressemblent beaucoup à sa concurrente asiatique Theopropus. On y regardant de plus près, Chlidonoptera lestoni ressemble à un mix de ces deux espèces proches.
L’élevage est d’ailleurs vraiment similaire à ces deux genres, sauf que je trouve personnellement les bébés plus résistants.
La posture d’intimidation est fréquente et splendide.

 

Retrouvez nos disponibilités pour les Chlidonoptera lestoni en cliquant ICI

 

 

A découvrir également

1 Commentaire

  1. I enjoy the efforts you have put in this, I was looking for theopropus informations, I didn’t know this species, it is a stunning one !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »