Callibia diana

 

Nom : Callibia diana

Nom commun : /

Anglais : /

 

Classification 

Ordre : Mantodea

Famille : Acanthopidae

Sous-famille : Acontiothespinae

Genre : Callibia

Espèce : Callibia diana

 

Description 

Origine :

Guyane française, Pérou, Bolivie, Venezuela, Colombie.

Couleurs :

-Ensemble général : Callibia diana est une espèce très colorée, la femelle est généralement de couleur blanc crème, tâchée de vert sur la totalité du corps, avec d’autres colorations allant du jaune au brun. Plus jeune elle est plus facilement de couleur jaunâtre à brun clair.
Le mâle est beaucoup plus sombre, globalement brun foncé voire noir avec quelques tâches blanches çà et là et quelques marques vertes.

-Ailes : Les élytres sont tout aussi marbrés de blanc et de vert que le reste du corps chez la femelle, contrairement au mâle qui a ses élytres bruns translucides, avec un beau liseré vert sur le côté (zone médiane).

Les ailes sont magnifiquement colorées chez la femelle, avec une coloration noire-bleutée striée de lignes blanches, d’une zone noire plus foncée accolée à une partie rouge. Chez le mâle celles-ci sont hyalines foncées.

 

Femelle sub adulte

 

Taille :

-Mâle : 18 à 22mm.

-Femelle : 28 à 34mm.

 

Cycle de vie :

La croissance de Callibia diana s’effectue entre 2 à 4 mois en fonction du sexe et des conditions de maintien. Du fait du dimorphisme sexuel chez cette espèce, le mâle, plus petit, grandit un peu plus vite que la femelle ce qui peut poser un problème pour réaliser un accouplement.
Il sera en effet plus difficile d’avoir un mâle et une femelle nés de la même ponte en même temps, car le mâle peut déjà être vieux voire mort lors de la dernière mue de la femelle.
Il faut donc impérativement ralentir la croissance du mâle/ accélérer celle de la femelle en jouant sur la quantité de nourriture et la température, ou alors acquérir un couple avec un décalage déjà réalisé.
Ceci dit un couple sub adulte et même subsub adulte ne nécessite pas de changement de conditions pour autant que la femelle soit bien nourrie.

-Mâle : Il vit entre 2 à 3 mois après la mue imaginale.

-Femelle : Elle vit entre 4 à 7 mois après la mue imaginale.

 

L’élevage 

Température :

-Jour : 25-32°C

-Nuit : 20-25°C

Hygrométrie :

-Jour : 60-80 %

-Nuit : 70-100% Vaporisation 4 à 7 fois par semaine, le soir de préférence.

 

Caractéristique du terrarium :

Un terrarium de 1L convient bien pour un adulte des deux sexes, mais il est recommandé d’utiliser un 20x20x20cm qui est la taille idéale pour une femelle adulte, avec une bonne aération, le flexarium convient très bien. Cette espèce ayant tendance à vivre dans des zones assez dégagées, comme en savane ou lisière, elle apprécie une bonne aération. Une moustiquaire classique convient parfaitement pour des déplacement en toute sécurité.

Les jeunes et les adultes peuvent s’élever en groupe, mais il vaut mieux rapidement différencier les deux sexes pour éviter le cannibalisme, qui augmente avec la différence de taille entre mâles et femelles, et pour réaliser un petit décalage afin d’avoir les deux sexes adultes en même temps. Privilégiez des espaces bien garnis en branches très ramifiées, et des plantes à petites feuilles (Ficus par exemple), car elles apprécient de s’y cacher. Veillez à laisser une bonne alimentation quasi permanente car c’est une espèce assez vorace en grandissant.


Substrat :

Terre de coco, tourbe, sont les plus adaptés, à maintenir humide.

 

Nourriture la plus adaptée :

100% de proies volantes est le plus adapté car les Callibia diana  vivent à proximité des fleurs et se nourrissent d’insectes pollinisateurs volants, particulièrement de papillons (la forme de leurs pattes ravisseuses est particulièrement prévue à cet effet).
Il s’agit de drosophiles du stade L1 (Drosophila melanogaster puis Drosophila hydei) au stade L3-L4, puis de pinkies jusqu’au stade L5-L6 que l’on complètera avec des mouches et ce, jusqu’au stade adulte.
Le mâle peut s’alimenter de drosophiles jusqu’au stade sub adulte même s’il mange normalement sans problème des pinkies à ce stade et au stade adulte. Cependant, les mouches bleues sont à éviter pour lui.

Il faut prévoir de plus grandes quantités pour une femelle adulte qui peut ingérer facilement une dizaine de proies par semaine voire plus (pinkies ou mouches bleues). On peut d’ailleurs utiliser quelques blattes à corps mou (Phoetalia pallida idéalement) pour un complément alimentaire.


Agressivité :

Moyenne à forte, les femelles sont de vrais ventres sur pattes, n’hésitez pas à leur laisser de la nourriture en abondance

 

Difficulté :

Moyenne, Mantis passion a une expérience assez limitée avec cette espèce pour l’instant (3 tentatives en 5 ans). L’accouplement est facile, mais les petits peuvent être fragiles à la naissance et avoir du mal à s’alimenter correctement.

 

Reproduction 

Maturité sexuelle :

-Mâle : 7 jours environ.

-Femelle : 10 jours environ.


Accouplement :

Entre 3 et 4 heures, le mâle, très vif, hésite rarement à sauter sur la femelle lorsqu’il la repère. Faites attention toutefois au fait qu’il vole très très bien, il vaut mieux ainsi éviter les accouplement en dehors d’un terrarium. Celui-ci a tendance à se frétiller une fois sur la femelle pour se signaler.


Oothèque :

-1ère ponte : Quelques jours après l’accouplement. La femelle a tendance à garder son oothèque fraîchement pondue pendant quelques jours, en restant dessus.

-Quantité : 3 à 5 oothèques.

-Intervalles : tous les 15 jours environ.

 

Oothèque


Incubation :

-Température : 24-28°C

-Hygrométrie : 60-90%, humidification régulière.

-Durée : 30 à 40 jours

Eclosion :

-Nombre de larves : 20 à 60 bébés, parfois jusqu’à 80 petits.

 

Commentaire 

Très belle petite espèce de mante de la famille des Acanthopidae, proche du genre Acontista, plus connu. La posture d’intimidation est assez rare mais spectaculaire !
Son élevage est encore assez méconnu, et réalisé en Europe que depuis quelques années seulement avec plus ou moins de succès. C’est une espèce que Mantis Passion a pu observer en Guyane française quelques fois, où elle aime certains buissons avec de petites fleurs (Chordia sp, …) où on retrouve sa cousine du genre Raptrix également. Callibia diana est sans nul doute l’une des plus colorées et atypiques des mantes de petite taille.

 

Retrouvez nos disponibilités pour les Callibia diana en cliquant ICI

 

 

A découvrir également

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »