Idolomantis diabolica

Nom : Idolomantis diabolica

Nom commun : Mante fleur du diable

Anglais : Giant devil flower mantis

 

Classification 

Ordre : Mantodea

Famille : Empusidae

Sous-famille : Empusinae

Genre : Idolomantis

Espèce : Idolomantis diabolica

 

Description 

Origine :

Ethiopie, Kenya, Malawi, Somalie, Tanzanie, Uganda. (Particulièrement présente en Tanzanie et au Kenya). Plus récemment observé au Mozambique, au Soudan du sud et au Tchad, elle semble avoir une large répartition.

 

Couleurs :

-Ensemble général : Très coloré chez l’adulte, une base de vert morcelé de blanc, et d’un gris violacé. 

-Ailes : Les élytres sont magnifiquement striés de blanc et de vert. Beige, brun clair chez les jeunes. Les ailes sont d’un style blanc hyalin.

Mâle adulte

Taille :

-Mâle : 80-100mm

-Femelle : 100-120mm


Cycle de vie :

Il suit les différentes saisons de l’Afrique de l’est à savoir des saisons sèches plus douces et des saisons humides plus chaudes (plutôt pour les  adultes et les bébés). Comme la plupart des Empusidae, l’Idolomantis diabolica vit en savane et profite d’un ensoleillement fort et d’une importante chaleur qu’il faut imiter en terrarium. Elle grandit généralement entre 5 à 8 mois mais parfois plus longtemps si la chaleur n’est pas assez importante.

-Mâle : Il atteint le stade adulte entre 5 à 7 mois et vit entre 1 et 4 mois une fois adulte, rarement plus même si cela est possible.

-Femelle : elle atteint le stade adulte entre 6 à 8 mois et vit entre 4 et 10 mois une fois adulte environ.

 

L’élevage 

Température :

-Jour : 28-35°C semble être la température optimale, les jeunes comme les adultes apprécient la chaleur et cela stimule leur activité générale ainsi que leur métabolisme.

-Nuit : 20-25°C semble être une bonne moyenne également.

 

Hygrométrie :

-Jour : 50-70 %, à adapter en fonction des stades, avec une augmentation de l’humidité pour les adultes, les oothèques et les premiers stades. Cependant, vivant en savane, l’humidité ne doit pas stagner et rapidement s’évaporer.

-Nuit : 70-90% Vaporisation 2 à 5 fois par semaine, le soir de préférence, à adapter en fonction du stade.

 

Caractéristique du terrarium :

Il faut de la place ! Pour les adultes il est indispensable de partir sur un 45x45x45cm pour un individu adulte, surtout pour les mâles qui, une fois adultes, se déplacent énormément, et risque de se blesser ou de s’épuiser s’ils ne peuvent se promener pendant la nuit. L’idéal est plutôt de maintenir quelques individus adultes dans un 100x100cm par exemple, avec une hauteur minimum de 40cm.
Idéalement, un flexarium est le plus adapté. Privilégiez le maximum de surface grillagé, souple et à espace large de 2mm minimum (voir l’article l’aération et toutes ses fonctions ICI), sans quoi vos mantes vont rapidement s’abîmer les pattes, en commençant par les griffes, les tarses et enfin finir par se briser les tibias des pattes ravisseuses.
De plus, bannissez la moustiquaire métallique, et les terrariums tout en verre, à moins de les modifier, mais il faut au moins tout le dessus aéré. En effet le verre est glissant et les mantes n’arrivent pas à monter dessus et il bloque l’aération qui est primordiale pour l’Idolomantis diabolica.

Pour les jeunes, il s’agit de la même installation de taille plus modeste. Evitez tout ce qui est gobelet ou boîte plastique, les résultats sont peu convaincants.

 

Exemple d’installation pour 10 bébés datant de 2010, il manque des branchages et idéalement un support le long des parois.

Substrat :

Un mélange de sable et d’argile avec un peu de terre de coco semble être un bon compromis. Maintenu légèrement humide. Il vaut mieux que le substrat soit « dur » et se tienne bien pour éviter que les mantes progressent mal lors des déplacements. Ne pas oublier d’ajouter des supports divers et des plantes.

Nourriture la plus adaptée :

Proies volantes exclusivement, l’Idolomantis diabolica a la morphologie parfaite pour attraper de grands papillons, ainsi n’hésitez pas si vous pouvez en utiliser !
Sinon 100% mouches fonctionne bien, (veillez à bien les nourrir avant) et autres insectes volants, on peut de temps en temps donner une blatte (plus riche d’un point de vue nutritif) ayant fraîchement mué, sinon elles risquent de de ne pas réussir à percer la cuticule et à relâcher leur proie, aux individus les plus grands.

 

Agressivité :

Faible à moyenne, mais elles peuvent se blesser en prédatant, surveillez dans la mesure du possible qu’elles ne s’attrapent pas entre elles.

 

Difficulté :

Très difficile, ne commencez pas avec cette espèce sous peine d’être très déçu. Le maintien est relativement facile mais il peut présenter quelques difficultés, notamment du à l’extrême sensibilité de cette espèce et à son affection pour aller se coincer dans des endroits improbables ou à muer au niveau du sol. L’exuviation peut être aussi assez délicate, il est recommandé d’avoir des plantes leur permettant de s’isoler du groupe pour effectuer une mue tranquillement. Néanmoins, la difficulté majeure est la reproduction, les mâles sont souvent mauvais pour s’accrocher sur les femelles, se positionner et encore trouver l’entrée… cela peut prendre une certain moment. Généralement, ils sont attirés par les femelles, et les suivent à la trace, donc le rapprochement se fait bien.
Il est préférable d’isoler les mâles des femelles pendant une semaine ou deux avant de les remettre ensemble pour créer cette attirance, bien que de les laisser ensemble fonctionne normalement bien aussi, cependant cela permet de s’assurer des accouplements.
Attention aux mâles qui sont terriblement fragiles une fois adulte, surtout qu’ils sont très mobiles, et s’abîment donc très rapidement (antennes, tarses, ailes…).

 

Reproduction 

Maturité sexuelle :

-Mâle : 10-15 jours

-Femelle : 25-35 jours

Accouplement :

Assez court, entre 3 et 5h en moyenne, ce qui est surprenant pour la taille de l’espèce.

 

Accouplement

 

Oothèque :

-1ère ponte : Quelques jours seulement après l’accouplement.

-Quantité : Jusqu’à 4, parfois plus.

-Intervalles : 20-30 jours

 

Incubation :

-Température : 25-30°C

-Hygrométrie : 60%, humidification tous les deux trois jours.

-Durée : 45-60 jours

 

Eclosion :

-Nombre de larves : Entre 1 et 80, parfois plus par oothèque, une moyenne de 50 généralement. En élevage il est pas rare d’avoir que quelques bébés seulement.

 

Commentaire

Magnifique espèce, l’une des plus prisée, des plus recherchées et des plus médiatisées avec l’Hymenopus coronatus. Adorée à tel point que l’Idolomantis diabolica est massivement prélevée à l’état sauvage en Tanzanie et au Kenya, par dizaines voir parfois centaines d’oothèques venant des zones rurales. Le problème étant que les prélèvements sont faits sans contrôle ni mesure de restriction et de protection, et souvent dans des conditions très précaires. En effet, les oothèques sont empilées dans des cartons, ce qui fait qu’avant de rejoindre les grandes villes avant l’expédition vers l’Europe, les USA ou l’Asie, plusieurs oothèques naissent et les bébés sont laissés pour mort pour ceux qui arrivent à s’extirper du monticule de pontes…
Cependant l’espèce à été observée récemment dans de nouveaux pays, ce qui agrandit son aire de répartition, et de nombreuses populations sont sans doute intactes non touchées par ces prélèvements abusifs.
Mantis Passion travaille actuellement avec un éleveur local, qui réduit les prélèvements et reste sensible à la protection de l’espèce avant son aspect lucratif.
Ainsi les petits vendus sont issus d’oothèques pondues en élevage, dans leur pays d’origine ou directement à notre élevage, notre transparence et notre éthique étant le plus important, nous tenons à le préciser.

 

Retrouvez nos disponibilités pour les Idolomantis diabolica en cliquant ICI

 

A découvrir également

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate Now »